Office de Tourisme de Bourg-en-Bresse Agglomération. Tél. : 04 74 22 49 40
< Retour
Ajouter

La polyphonie en images. Petrus Alamire et Marguerite d'Autriche.

Adresse

Monastère royal de Brou
63 boulevard de Brou
01000 Bourg-en-Bresse

Site internet
Page Facebook

Ouverture

Du 14/09 au 30/09/2018, tous les jours.
Ouvert de 9h à 18h.

Du 01/10 au 16/12/2018
Ouverture de 9h à midi et de 14h à 17h.
Site fermé le 1er et 11 novembre 2018.

À propos

Traduire cette description en Voir la traduction originaleTraduit par Google
Les 60 manuscrits originaux sont parmi les plus beaux et luxueux conservés aujourd'hui : leurs enluminures de style « ganto-brugeois » sont réalisées avec un sens inouï du détail et une grande richesse des couleurs. Ils apportent un éclairage inédit sur la production musicale à la cour de la fondatrice du monument et dans les Pays-Bas aux XVe et XVIe siècles.

La cour des Habsbourg-Bourgogne est renommée pour son effervescence artistique. Les empereurs Maximilien et Charles Quint, et tout particulièrement Marguerite d'Autriche, s'entourent de peintres et sculpteurs, poètes et musiciens. Ils commandent à Petrus Alamire de nombreux manuscrits, tant pour leur usage que comme cadeaux politiques et diplomatiques destinés au pape Léon X, à Frédéric le Sage de Saxe, Henry VIII d'Angleterre...

Les originaux sont conservés dans des bibliothèques et archives d'Europe. La fondation Alamire a piloté un vaste chantier de numérisation permettant, cinq siècles plus tard, de les réunir en exposant leurs reproductions à échelle réelle. Elles sont présentées pour la première fois en France, à Bourg-en-Bresse. Leur valeur est exceptionnelle pour l'histoire des arts, en particulier de la musique, mais aussi pour l'histoire du monument.

Présentée dans l'église, l'exposition comporte trois parties :
1- Petrus Alamire et son atelier de manuscrits musicaux.
Petrus Alamire est copiste de musique, chanteur, musicien, compositeur mais aussi marchand, espion et messager. Entre 1490 et 1534 il copie les messes, motets et chansons de trois générations de compositeurs : Johannes Ockeghem, Johannes Regis, Josquin des Prez et Pierre de la Rue... Au fil des 26 panneaux de grand format, le public pourra notamment admirer des reproductions du somptueux Grand Chansonnier de Marguerite d'Autriche.
2- Speculum musurgica, de Rudi Knoops.
Cette installation propose une immersion au cœur de la polyphonie et d'expérimenter la spatialisation des voix. Visuellement, l'artiste fait appel à la technique de l'anamorphose cylindrique, qui corrige l'image déformée de chacun des 7 chanteurs et lui rend les bonnes proportions par une projection sur un miroir.
3- Le fac-similé du livre de chœur de Malines
Positionné sur le lutrin du chœur de l'église, il permet au public de comprendre son usage liturgique. Six messes polyphoniques du compositeur de Marguerite d'Autriche, Pierre de la Rue, y sont copiées. La miniature en tête de l'ouvrage, reproduite pour le visuel de l'exposition, est une allégorie politique, indiquant que Maximilien souhaite transférer son pouvoir impérial à son petit-fils, le futur Charles Quint.

Après l'exposition événement «Primitifs Flamands. Trésors de Marguerite d'Autriche» et l'ouverture des appartements de la fondatrice de Brou, les visiteurs poursuivent leur voyage au cœur de la production artistique flamande du XVIe siècle et leur rencontre avec la fondatrice du monument, une princesse mécène à l'aube de la Renaissance.

Tarifs

Gratuit pour les moins de 25 ans.

Plein tarif : 9 €.